Le Cyclorama de Jérusalem, un patrimoine en danger

Partager:
La campagne à l’ouest de Jérusalem. Photo Cyclorama de Jérusalem.

7 août 2017  | Le Cyclorama de Jérusalem, sis à Sainte-Anne-de-Beaupré, un trésor national et international en danger

« Le Cyclorama est à vendre. S’il était vendu et démantelé, ce serait une catastrophe, une véritable honte. Ce panorama circulaire, qui serait le plus grand du XIXe siècle, est le seul encore existant au Canada. Il s’agit d’une toile géante installée dans une rotonde, représentant Jérusalem et la Passion du Christ. Alors que les panoramas vivent un nouvel âge d’or dans le monde (Rouen vient d’en ouvrir un) et qu’ils intéressent de plus en plus les chercheurs et les amateurs, il faut sauver ce trésor national et international. » (Jean-Pierre Sirois-Trahan)

Jérusalem vue d’un sommet adjacent à la ville. Photo Cyclorama de Jérusalem.

La Société québécoise d’ethnologie joint sa voix aux nombreux signataires du Point de vue rédigé par Jean-Pierre Sirois-Trahan, professeur de cinéma à l’Université Laval et directeur de Nouvelles Vues, publié dans Le Soleil du 2 août 2017. Nous espérons que le Conseil du patrimoine religieux – organisme qui conseille le ministre de la Culture et des Communications du Québec – recommandera le classement de ce trésor national et que le ministre prendra les moyens qui s’imposent, non seulement pour sauvegarder ce monument mais lui redonner une nouvelle visibilité.

On trouvera ici le texte complet de ce Point de vue.

On visitera avec intérêt le site web du Cyclorama.