Quatre fabricants d’accordéons reconnus porteurs de traditions

Partager:

La Société québécoise d’ethnologie en collaboration avec le Musée de l’accordéon de Montmagny décernait le samedi 26 septembre 2015, le titre de «porteur de traditions» à Marcel Messervier, Raynald Ouellet, Sylvain Vézina et Ulric Lacombe, quatre facteurs d’accordéons diatoniques, dans le cadre de son programme de valorisation des porteurs de traditions.

Marcel Messervier n'étant pas présent à la cérémonie, Louise Décarie et Bernard Genest lui ont remis le certificat en mains propres le jour même, soit le 26 septembre 2015. Photo : Claire Desmeules
Marcel Messervier n’étant pas présent à la cérémonie, Louise Décarie et Bernard Genest lui ont remis le certificat en mains propres le jour même, soit le 26 septembre 2015. Photo : Claire Desmeules

L’événement a eu lieu en pleine fin de semaine des Journées de la Culture, en présence d’une quarantaine de personnes, dont Christiane Bouillé, présidente du Carrefour mondial de l’accordéon, Gaston Morin, maire suppléant, du président de la SQE, Jean-Pierre Pichette et des responsables du programme pour la Société, les ethnologues experts Louise Décarie et Bernard Genest. Le candidat du NPD et député fédéral sortant, François Lapointe, était aussi présent à la cérémonie.

Le président de la SQE, Jean-Pierre Pichette, remet à Christiane Bouillé, présidente du Carrefour mondial de l’accordéon, les douze volumes de la revue Rabaska publiée par la SQE. Photo : Jean-François Blanchette
Le président de la SQE, Jean-Pierre Pichette, remet à Christiane Bouillé, présidente du Carrefour mondial de l’accordéon, les douze volumes de la revue Rabaska publiée par la SQE. Photo : Jean-François Blanchette

Christiane Bouillé a salué le geste de la SQE, mentionnant que cela rejoint les visées de mise en valeur et de promotion des patrimoines vivants de la facture et de la pratique de l’accordéon diatonique à Montmagny. Grâce à ces porteurs de traditions et à leur relève, ces talents magnymontois sont aujourd’hui reconnus au Québec et de par le monde. En ce sens, le Carrefour est un organisme important pour la promotion de ces arts.

L’ethnologue Louise Décarie remet au maire suppléant de Montmagny, Gaston Morin, le DVD de la vidéo sur Marcel Messervier qui a été tournée grâce à la collaboration de Philippe Dubois du Laboratoire d’enquête ethnologique et multimédia de l’Université Laval. Photo : Jean-François Blanchette
L’ethnologue Louise Décarie remet au maire suppléant de Montmagny, Gaston Morin, le DVD de la vidéo sur Marcel Messervier tournée grâce à la collaboration de Philippe Dubois du Laboratoire d’enquête ethnologique et multimédia de l’Université Laval. Photo : Jean-François Blanchette

Le maire suppléant, Gaston Morin, a souligné «l’apport exceptionnel des quatre fabricants d’accordéons de notre région au maintien et à la transmission de cette belle tradition», souhaitant «que l’accordéon se fasse entendre encore longtemps».   Les récipiendaires du titre « Porteurs de traditions »

Marcel Messervier dans son atelier de Montmagny. Photo Bernard Genest, juillet 2015
Marcel Messervier dans son atelier de Montmagny. Photo Bernard Genest, juillet 2015
Marcel Messervier dans la salle de musique de son atelier. Photo Bernard Genest, juillet 2015
Marcel Messervier dans la salle de musique de son atelier. Photo Bernard Genest, juillet 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcel Messervier, 81 ans, qui a consacré sa vie à la musique et à la fabrication d’accordéons, n’a pu être de la fête. La SQE a toutefois projeté un très bon montage vidéo d’une entrevue qu’il avait accordée à Louise Décarie et Bernard Genest (Cliquez ici pour visionner la vidéo). Cette pièce d’anthologie montre un homme passionné par son art. On a même eu le plaisir de le voir jouer une pièce. Marcel Messervier est le fils de Joseph Messervier, qualifié de «roi de l’accordéon», dont il se considère le successeur. Cependant, «Marcel Messervier est incontestablement un pionnier de la facture d’accordéons au Québec», mentionne-t-on dans le document de présentation, en plus d’être un musicien et compositeur émérite. Bernard Genest l’a même qualifié de «trésor national» du Québec. Son fils, Marcel, fabrique aussi des accordéons avec son père et est musicien. Les accordéons Messervier «ont conquis des musiciens réputés, au Québec comme ailleurs dans le monde», a-t-on mentionné.

Ulric Lacombe dans son atelier au sous-sol de sa maison à Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015
Ulric Lacombe dans son atelier au sous-sol de sa maison à Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015
Ulric Lacombe interprétant une pièce musicale sur un accordéon de sa fabrication. Photo Bernard Genest, août 2015
Ulric Lacombe interprétant une pièce musicale sur un accordéon de sa fabrication. Photo Bernard Genest, août 2015

Ulric Lacombe, 84 ans, a joué, réparé et fabriqué des accordéons. Il jouait, entre autres, dans des orchestres un peu partout au Québec et «faisait la Mi-Carême». M. Lacombe n’a pas produit un grand nombre d’accordéons et n’est plus actif, mais «il n’en est pas moins un porteur de la tradition locale, dont la pérennité ne tient qu’à quelques praticiens», lit-on.

Raynald Ouellet joue de son accordéon lors de la visite guidée du musée. Photo : Jean-François Blanchette
Raynald Ouellet joue de son accordéon lors de la visite guidée du musée. Photo : Jean-François Blanchette

Raynald Ouellet est bien connu à Montmagny en tant que musicien professionnel et facteur d’accordéons. Bien qu’il soit maintenant retraité de la fabrication, il a transmis son savoir. En 1991 il fonda, avec Sylvain Vézina, l’entreprise de facture d’accordéons diatoniques Accordéon Mélodie. Il est toutefois encore un ambassadeur fort actif de la musique traditionnelle ici et à l’étranger. En 1989, il a aussi été l’un des fondateurs du Carrefour mondial de l’accordéon. «La contribution de Raynald Ouellet au développement d’instruments de haute qualité est marquante, mais ce qu’il revendique surtout, c’est d’avoir interprété partout dans le monde le répertoire du Québec avec un instrument fabriqué au Québec», écrit-on.

Sylvain Vézina dans la salle de montre d’Accordéon Mélodie, Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015
Sylvain Vézina dans la salle de montre d’Accordéon Mélodie, Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015
Sylvain Vézina et sa fille Vicky devant l'enseigne des ateliers Accordéon Mélodie à Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015
Sylvain Vézina et sa fille Vicky devant l’enseigne des ateliers Accordéon Mélodie à Montmagny. Photo Bernard Genest, août 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvain Vézina «est venu au monde dans l’univers de l’accordéon», lit-on. Il se joint à Raynald Ouellet en 1991 pour la fondation d’Accordéon Mélodie. Depuis quelques années, M. Vézina «préside seul aux destinées de l’entreprise avec le soutien de son épouse Marlène et de sa fille Vicky», qui, elle, assurera sa relève. «Son épouse fabrique les soufflets et sa fille le seconde pour l’ensemble de la production», de mentionner la SQE. Les accordéons Mélodie sont en expansion et se vendent à travers le monde.

Célébration

L’accordéoniste virtuose Alexandre Boivin-Caron. Photo : Jean-François Blanchette
L’accordéoniste virtuose Alexandre Boivin-Caron. Photo : Jean-François Blanchette

L’hommage s’est conclu au son de l’accordéon du jeune accordéoniste virtuose Alexandre Boivin-Caron qui a, entre autres, été sacré «Jeune artiste de l’année», lors du Canada Folk Music Award à Winnipeg, en 2010. Pour terminer cette journée, Raynald Ouellet a offert une visite guidée du Musée dL’accordéoniste virtuose Alexandre Boivin-Caron. Photo : Jean-François Blanchettee l’accordéon pour lequel il a personnellement acquis plusieurs pièces pour la collection du Musée. Pour plus de détails sur le programme de valorisation des porteurs de tradition de la SQE et pour en savoir plus sur les récipiendaires des certificats de 2015, vous pouvez consulter le programme de la Cérémonie de reconnaissance. Source : Richard Lavoie, Société québécoise d’ethnologie.

Accordéon fabriqué par Ulric Lacombe. Photo Bernard Genest, août 2015
Accordéon fabriqué par Ulric Lacombe. Photo Bernard Genest, août 2015

Image à la Une : Désignés porteurs de traditions, les fabricants d’accordéons, de gauche à droite, Raynald Ouellet, Ulric Lacombe, Vicky Vézina et son père Sylvain, ainsi que Marlène, l’épouse de ce dernier. Photo: Jean-François Blanchette