La SQE se positionne face à l’avenir des cimetières du Québec

Partager:

À la suite du récent col­loque por­tant sur l’avenir des cimetières du Québec, la Société québé­coise d’eth­nolo­gie se joint à la Fédéra­tion Éco­musée de l’Au-Delà afin de réclamer une nou­velle lég­is­la­tion qui puisse encadr­er adéquate­ment ce type de pat­ri­moine par­ti­c­uli­er. Voici donc la déc­la­ra­tion finale sur laque­lle se sont enten­dus les par­tic­i­pants au col­loque le 1er novem­bre 2013 :

Colloque sur l’avenir des cimetières du Québec

Déclaration finale

Con­sid­érant que les cimetières sont des lieux d’archives et de mémoires funéraires qui font par­tie du pat­ri­moine de tous les Québé­cois ; Con­sid­érant que ce pat­ri­moine com­mun est men­acé de déshérence et de dégra­da­tion ; Con­sid­érant que plusieurs de ses gar­di­ens tra­di­tion­nels n’ont plus les ressources pour en assur­er la con­ser­va­tion et la bonne marche ; Con­sid­érant que les cimetières devi­en­nent de plus en plus des lieux d’intérêt pub­lic pour leurs qual­ités paysagères, muséales, archi­tec­turales ; Con­sid­érant que la Loi sur le pat­ri­moine cul­turel du Québec recon­naît aux munic­i­pal­ités un pou­voir d’intervention en matière de préser­va­tion et de pro­tec­tion des cimetières ; Les per­son­nes réu­nies à l’U­ni­ver­sité Laval les 31 octo­bre et 1er novem­bre 2013, lors du col­loque por­tant sur L’Avenir des cimetières du Québec, activ­ité présidée par mon­sieur Jean Simard et organ­isée par la Fédéra­tion Éco­musée de l’Au-Delà, en col­lab­o­ra­tion avec la Société québé­coise d’eth­nolo­gie, déclar­ent : Que, pour assur­er l’avenir du pat­ri­moine com­mun de tous les Québé­cois, les cimetières soient assu­jet­tis à un encadrement lég­is­latif qui permettrait :

  • D’en­cadr­er la dis­po­si­tion des restes humains et des cen­dres cinéraires ;
  • De plac­er les cimetières en dif­fi­culté sous la respon­s­abil­ité des munic­i­pal­ités pour en assur­er la péren­nité, en col­lab­o­ra­tion avec les pro­prié­taires ou gestionnaires ;
  • D’assurer aux dif­férentes tra­di­tions eth­nore­ligieuses la pour­suite dans les cimetières de leurs rit­uels selon leurs usages ;
  • De créer un fonds d’entretien placé en fiducie, dédié à la pro­tec­tion des cimetières et des ouvrages funéraires.
Nicole Bourgault, sous la supervision du Centre de conservation du Québec, travaille à la restauration d'un monument funéraire dans le cadre des efforts entrepris par  la fabrique de Saint-Roch-des-Aulnaies (2004) en faveur de son cimetière ad sanctos (ou près des saints, sous l'église).
Nicole Bour­gault tra­vaille à la restau­ra­tion d’un mon­u­ment funéraire dans le cadre des efforts entre­pris par la fab­rique de Saint-Roch-des-Aulnaies (2004) en faveur de son cimetière ad sanc­tos (près des saints) sous l’église. Pho­to : François Brault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image à la Une : Lot de 150 mon­u­ments qui ont été retirés du cimetière Notre-Dame-de-Bon­sec­ours de L’Islet en 2011 et dis­crète­ment remisés der­rière le charnier pour cause de non-renou­velle­ment du bail de con­ces­sion. Pho­to: Jean Simard