L’un des nôtres nous a quittés, Benoît Lacroix (1915−2016)

Partager:

28 mars 2016 | L’un de nos pré­cieux col­la­bo­ra­teurs à la SQE et à la revue Rabaska, le père Benoît Lacroix, nous a quit­tés le 2 mars 2016. Comment peut-on rap­pe­ler en peu de mots ce que fut cet homme d’exception pro­fon­dé­ment géné­reux, lui qui fut auteur, édi­teur, com­mu­ni­ca­teur, pro­fes­seur, his­to­rien, eth­no­logue, intel­lec­tuel, phi­lo­sophe et croyant ?

Benoît Lacroix était un auteur, coau­teur et édi­teur pro­li­fique qui a publié et fait publier pas moins de 50 ouvrages et des cen­taines d’articles. Il fut un com­mu­ni­ca­teur hors pair qui a été pro­fes­seur pen­dant qua­rante ans et qui a donné des confé­rences et de mul­tiples entre­vues. Il fut his­to­rien du Moyen Âge en même temps qu’ethnologue du Québec et de sa reli­gion, en plus d’être un vibrant pro­mo­teur de la lit­té­ra­ture qué­bé­coise. Il était un théo­lo­gien et un pen­seur ainsi qu’un homme joyeu­se­ment humain. Il avait la foi, qu’il com­mu­ni­quait avec un aimable sou­rire et des yeux pétillants. Il était connu au Québec, mais aussi ailleurs dans le monde. On lui a même consa­cré un col­loque inter­na­tio­nal à Naples (Italie) en 2005 sous le titre LHumanisme fran­co-cana­dien. Un cas : Benoît Lacroix.

Benoît Lacroix nous a quit­tés en lais­sant der­rière lui le sens de la ren­contre avec l’autre, le goût du par­tage et l’amour de la vie. On dit qu’un grand homme est celui à côté duquel on se sent un peu plus grand. Quiconque a eu le bon­heur de croi­ser Benoît Lacroix le dira, c’était un grand homme !

On peut lire un por­trait du Père Lacroix dans la revue Rabaska, sous la plume du regret­té Pietro Boglioni, en 2007 : « Benoît Lacroix et la reli­gion popu­laire ». On lira avec inté­rêt l’hommage que lui ren­daient ses confrères, col­lègues, anciens élèves et amis dans Dits et gestes de Benoît Lacroix, pro­phète de lamour et de lesprit, sous la direc­tion de Giselle Huot, Saint-Hippolyte, Éditions du Noroît ; Montréal, Fondation Albert-le-Grand, 1995, 735 pages. Enfin, Jean Simard signe­ra un article sur l’homme et son œuvre dans le pro­chain numé­ro de la revue Rabaska (vol. 14) qui paraî­tra à l’automne. Parmi les autres col­la­bo­ra­tions de Benoît Lacroix à la revue Rabaska, voir : « Luc Lacourcière, un homme par­ta­gé », Rabaska, vol. 8, 2010, p. 118 – 121 ; et, en col­la­bo­ra­tion avec Giselle Huot, « La cor­res­pon­dance Luc Lacourcière-Benoît Lacroix (1950−1987) », Rabaska, vol. 10, 2012, p. 157 – 176.  

 

Image à la Une : Benoit Lacroix (1915−2015), Photo : Martine Doyon, Les Éditions Fides