Amoureuses – Première ciné-rencontre de 2020

Partager:

La Société québécoise d’ethnologie ouvrait le 22 janvier dernier la 17e saison de ses ciné-rencontres du patrimoine ethnologique en présentant le film Amoureuses en présence de sa réalisatrice, Louise Sigouin.

La réalisatrice Louise Sigouin
Photo: Julia Marois

Devant une salle comble, Louise Sigouin et Jean Simard, animateur de la séance, ont d’abord échangé quelques propos sur les motivations de la réalisatrice à capter in vivo les faits et gestes de la douzaine de moniales dominicaines qui s’apprêtaient en 2012 à fermer leur couvent fondé à Berthierville en 1934. Le public a pu suivre ensuite une caméra presque indiscrète, épiant avec lenteur les allées et venues de ces sœurs plutôt décomplexées, joyeuses, souriantes, chaleureuses, qui ne craignaient pas d’afficher avec franchise et simplicité leur sensibilité aux êtres et aux choses : l’affection envers leurs compagnes, envers les hommes en religion (nos frères), leurs familles aussi qui viennent en visite, les arbres et les fleurs qu’entretient pour la beauté un jardinier à leur emploi et qui promet de ne pas les oublier après leur départ.

Selon la formule consacrée, à la suite de la projection, le public a été invité à prendre la parole, à commenter et à questionner. Les échanges ont beaucoup porté sur l’inattendue liberté qu’affichaient les moniales dans leurs témoignages confiés à la caméra. Certaines ont rappelé les origines de leur vocation, leur séparation du monde et parfois la difficile rupture de la jeune fille avec le père, l’austérité de la vie cloîtrée des débuts, la liberté conquise avec la modernité.

« Quelle belle soirée nous avons eue au cinéma Cartier », confiait Louise Sigouin à Jean Simard, quelques jours suivants dans un courriel. Et elle ajoutait, « Plusieurs témoignages après la période de questions où des hommes sont venus me dire combien ils ont été touchés et émus par le film. J’ai souvent ce genre de témoignage, mais surtout de la part des femmes. Des hommes, c’est plus rare. Je suis étonnée et ravie ».

Merci, Louise Sigouin, de nous avoir fait connaître par l’image la beauté de ces femmes et de ces lieux.

Le documentaire sera disponible en DVD à partir du 10 mars 2020.

Source de l’image en tête: Gracieuseté K-Films Amérique


Nous tenons à remercier Mme Catherine Dorion, députée de Québec solidaire du comté de Taschereau ainsi que la Caisse Desjardins du Plateau Montcalm pour leur appui à notre programme de ciné-rencontres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.