Retour sur la deuxième ciné-rencontre de 2020

Partager:

La deuxième séance de ciné-rencontres de la Société québécoise d’ethnologie (SQE) présentait une série de quatre vidéos regroupées sous le thème Créateurs de liens. Chaque film, d’une durée respective d’une quinzaine de minutes, suit le parcours d’artistes de diverses origines qui sont installés dans la Ville de Québec. Œuvrant dans leur discipline respective, ils se sont impliqués dans leur domaine tout comme au sein de causes sociales qui ont mis en lumière leur intégration et leur rencontre avec la culture québécoise.

 

"La Beauté de la différence" relate l’expérience du peintre Chanh Truong et de la sculpteure Senrine auprès des participants en déficience intellectuelle de L’Arche, organisme visant l’intégration sociale de ces personnes.
Truong Chanh Trung. Photo : Fanny Hénon-Lévy

La Beauté de la différence relate l’expérience du peintre Truong Chanh Trung  et de la sculpteure Senrine auprès des participants en déficience intellectuelle de L’Arche, organisme visant l’intégration sociale de ces personnes. La démarche des artistes visait à diminuer les étiquettes de la société face au regard de cette clientèle tout en rehaussant leur fierté et leur personnalité artistique.

 

Emmanuel Delly et des jeunes de l'organisme Jeunes musiciens du monde. Image tirée du film Afro-vibes
Emmanuel Delly. Photo : Fanny Hénon-Lévy

Afro-Vibe présente Emmanuel Delly et son implication dans l’organisme Jeunes musiciens du monde. Originaire d’Haïti, cet artiste a été initié très jeune aux rythmes de la musique traditionnelle de son pays et s’est inscrit auprès des jeunes de quartiers centraux pour les initier et leur donner le goût de la musique et développer leur talent. Fait surprenant, la moitié de l’auditoire de la salle de cette séance de ciné-rencontre provenait de groupes qui suivent des activités de l’organisme Jeunes musiciens du monde.

 

Extrait de La grande manufacture. Photo : Fanny Hénon-Lévy

La grande manufacture a fait partie des scènes déambulatoires de l’événement théâtral Où vas-tu quand tu dors en marchant? en 2018. La vidéo fait ressortir le travail de Giorgia Volpe, artiste en arts visuels, qui met à l’honneur le travail manuel des femmes. De plus, elle voulait montrer que la Ville de Québec est dépositaire d’une longue tradition du travail des femmes dans les manufactures au siècle dernier.

 

Extrait de Coeur en choeur. Photo : Fanny Hénon-Lévy

Finalement, le dernier opus des quatre films, Cœur en chœur, s’attache à la discipline de la danse. Geneviève Duong, Vietnamienne et Québécoise, a choisi de travailler avec des artistes au « corps atypique » comme elle le souligne dans le document. Des danseurs « bipèdes », comme dit une des interprètes, travaillent des chorégraphies avec des femmes en fauteuils roulants.

 

Les réalisatrices Francine Saillant et Fanny Hénon-Lévy nous amènent dans la découverte d’une autre forme d’ethnologie. Ethnologie plus urbaine et moins traditionnelle dans le sens du patrimoine euro-québécois tel que nous le présentons depuis quelques années dans nos ciné-rencontres. C’est dans le mode du changement des mentalités. Ces nouveaux arrivants présentés dans les films inscrivent une nouvelle page d’édification de la culture québécoise en devenir.

 

Notre invitée, Kasia Basta, a été très engagée dans cette aventure de Créateurs de liens. Polonaise d’origine, elle vit au Québec depuis une quinzaine d’années. En 2015, elle a fondé l’organisme LE QUAI qui propose une nouvelle approche de médiation interculturelle dans un esprit de démocratisation d’accès à l’art. Cet organisme a agi comme producteur et distributeur du film Créateurs de liens. Lors de l’échange avec nos participants, elle a fait ressortir la notion d’engagement culturel et social dans l’avancement et la reconnaissance de la diversité des patrimoines du temps présent. Patrimoine en construction qui intègre la différence des apports des nouveaux arrivants dans le paysage traditionnel du Québec.

 

Lise Cyr

Comité des ciné-rencontres de la SQE

 

À la une : images tirées des quatre films de la série Créateurs de liens. Photo : Fanny Hénon-Lévy

 


Nous tenons à remercier Mme Catherine Dorion, députée de Québec solidaire du comté de Taschereau ainsi que la Caisse Desjardins du Plateau Montcalm pour leur appui à notre programme de ciné-rencontres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.