Jean-François Blanchette reçoit le Prix Champlain

Partager:
1er mai 2015 | Jean-François Blanchette reçoit le Prix Champlain pour « Du coq à l’âme »

Le lau­réat a été dévoilé dans le cadre de la Journée de la fran­coph­o­nie cana­di­enne du Salon inter­na­tion­al du livre de Québec.
 
Ce « cof­fre aux tré­sors de l’art pop­u­laire » riche­ment illus­tré est paru en mai 2014 dans la col­lec­tion Mer­cure (coédi­tion Press­es de l’Université d’Ottawa et Musée cana­di­en de l’histoire).

L’anthropologue Jean-François Blanchette a con­sacré sa car­rière de muséo­logue à la val­ori­sa­tion de l’art tra­di­tion­nel. Dans Du coq à l’âme, il jette un regard his­torique et pho­tographique sur les col­lec­tions d’art pop­u­laire québé­cois du Musée cana­di­en de l’histoire. Son ouvrage présente l’his­toire de l’art pop­u­laire, les artistes et leurs œuvres. Du coq à l’âme. L’art pop­u­laire au Québec vient cir­con­scrire l’art pop­u­laire et présen­ter son développe­ment sur qua­tre siè­cles, depuis sa forme tra­di­tion­nelle, fort anci­enne, jusqu’à sa forme indis­ci­plinée, plus récente, qu’est le graf­fi­ti. Surtout, il mon­tre que l’art pop­u­laire est une man­i­fes­ta­tion débridée de nos aspi­ra­tions col­lec­tives, de notre iden­tité, de notre pat­ri­moine, de tout ce qui nous définit. Qu’il soit religieux ou rebelle, ludique, jouis­seur ou fron­deur, l’art pop­u­laire – ou impop­u­laire, dans le cas du graf­fi­ti – est un reflet de notre société et il occupe une place de choix dans notre psyché.

DCAL Couverture_webDans sa let­tre de remise du Prix Cham­plain, Mme Cather­ine Voy­er-Léger, direc­trice générale du Regroupe­ment des édi­teurs cana­di­ens-français (RECF), écrit : « À l’issu des délibéra­tions du jury, il a été con­clu que votre livre rece­vait ce pres­tigieux prix de la fran­coph­o­nie cana­di­enne pour sa per­ti­nence et son lud­isme dans son argu­ment sci­en­tifique. » Quant à lui, Yves Laberge, prési­dent du jury, a salué l’ouvrage à l’occasion de la remise de prix en dis­ant ceci : « Riche­ment illus­tré, ce livre mon­tre la richesse et [la] diver­sité de ces toiles, sculp­tures, maque­ttes et autres objets déco­rat­ifs réal­isés dans les zones rurales et de ce fait restés mécon­nus. Jean-François Blanchette fait aus­si place aux artistes et à leurs témoignages à pro­pos de leur tra­vail. Il mon­tre la per­ti­nence de l’art tra­di­tion­nel pour l’ob­ser­va­teur du 21e siècle. »

Le Prix Cham­plain a été créé en 1956 pour pro­mou­voir le développe­ment et l’épanouissement des com­mu­nautés de langue et de cul­ture français­es en Amérique. Il est main­tenant des­tiné à don­ner de la vis­i­bil­ité à la fran­coph­o­nie et à la lit­téra­ture cana­di­ennes en récom­pen­sant des auteurs cana­di­ens rési­dant en dehors du Québec. Désor­mais simul­tané­ment remis dans deux caté­gories, fic­tion et éru­di­tion, le Prix Cham­plain grat­i­fie des ouvrages sélec­tion­nés pour leur qual­ité et leur orig­i­nal­ité tant sur le plan de la forme que du fond.
 
Les Press­es de l’Université d’Ottawa, en col­lab­o­ra­tion avec le Musée cana­di­en de l’histoire sont ravies de pub­li­er des auteurs et des chercheurs de renom qui con­tribuent de manière élo­quente à l’avancement et à la dif­fu­sion de la recherche en sci­ences humaines.

Jean-François Blanchette obtient un Ph. D. en anthro­polo­gie de l’U­ni­ver­sité Brown en 1979. Il est chercheur à Parcs Cana­da de 1976 à 1979, puis con­ser­va­teur au Musée cana­di­en de l’histoire de 1979 à 2014, année où il prend sa retraite et reçoit le titre de chercheur asso­cié de l’institution. L’in­for­ma­tion de cette nou­velle est tirée des com­mu­niqués des insti­tu­tions suiv­antes: d’abord les Press­es de l’U­ni­ver­sité d’Ot­tawa, puis le Regroupe­ment des édi­teurs cana­di­ens-français et le Musée cana­di­en de l’histoire.

 

Image à la Une : Jean-François Blanchette, auteur de Du coq à l’âme : L’art pop­u­laire au Québec, vient de rem­porter le pres­tigieux Prix Cham­plain, caté­gorie ouvrages d’érudition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.