Le conte de Cendrillon : de la Chine à l’Acadie

Partager:

7 novembre 2016 |

Le conte de Cendrillon : de la Chine à l’Acadie

Le conte de Cendrillon : de la Chine à l’Acadie sur les ailes de la tra­di­tion.

Conférence-mai­son de Ronald Labelle, titu­laire de la chaire de recherche McCain en eth­no­lo­gie aca­dienne et pro­fes­seur au Département d’é­tudes fran­çaises, 14e Conférence de la FESR (Faculté des études supé­rieures et de la recherche), 22 mars 2011, Université de Moncton.

Le pro­fes­seur Labelle a récem­ment étu­dié le conte de Cendrillon en Acadie en vue de la pré­pa­ra­tion d’une expo­si­tion muséale. Ses recherches l’ont amené à mettre en lumière des faits sur­pre­nants. Dans le cadre de la confé­rence, on appren­dra qu’à par­tir de ses loin­taines ori­gines asia­tiques, Cendrillon a voya­gé à tra­vers le monde, pre­nant de nom­breuses formes. Ce conte a tou­jours fas­ci­né les cher­cheurs : c’est le pre­mier conte tra­di­tion­nel à avoir fait l’ob­jet d’é­tudes com­pa­ra­tives au XIXe siècle. Dans le monde fran­co­phone, l’hé­roïne du conte prend des noms très variés, s’ap­pe­lant rare­ment « Cendrillon ». Au Canada fran­çais, bien que le conte soit attes­té dans le folk­lore qué­bé­cois et fran­co-onta­rien, c’est en Acadie qu’il est le plus répan­du. On verra donc com­ment les contes aca­diens de Souillon, Cendrouillon, Cendrouillonne et Cendrillouse pré­sentent des récits oraux qui s’é­loignent de la ver­sion que Charles Perrault avait figé par l’é­crit voilà 300 ans. 

 

Image en Une : Gravure ori­gi­nale (1862) Contes, cen­drillon au bal du prince par Gustave Doré (détail)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.