Le devoir de mémoire

Partager:

Une conférence signée Pierre Lahoud

Affiche annon­çant la confé­rence de Pierre Lahoud. Courtoisie de l’IPAC

Depuis 40 ans, son bureau prend les allures du cock­pit d’un petit Cessna qui l’a fait voya­ger d’un bout à l’autre du Québec. La tête dans les nuages mais les yeux obs­ti­né­ment tour­nés vers le sol, sa camé­ra à l’affût, Pierre Lahoud pour­suit sa quête inlas­sable à la défense du patri­moine qué­bé­cois, vu du haut des airs. Le résul­tat est spec­ta­cu­laire, les pho­tos miroitent d’une rare beau­té, comme une flaque d’eau regar­dée par la béance du ciel, dirait la grande poé­tesse Rina Lasnier. 

Pierre Lahoud s’adressant à son audi­toire. Photo : René Bouchard

Comme un devoir de mémoire obsé­dant, Pierre Lahoud tire du visible de ses images une conver­gence vers l’invisible, sa façon à lui de mon­trer à tra­vers les plis de la lumière rasante la vraie nature de notre habi­tat tel que façon­né par l’homme, pour son bon­heur comme pour son mal­heur. Inaugurant le cycle des grandes confé­rences 2019, Récits du patri­moine, orga­ni­sées conjoin­te­ment par la Société qué­bé­coise d’ethnologie et par l’Institut du patri­moine cultu­rel de l’Université Laval, Pierre Lahoud a cap­ti­vé son audi­toire durant près de deux heures, l’amenant avec lui vers des hori­zons insoup­çon­nés, vers l’ailleurs de l’architecture et des pay­sages du Québec, vers une connais­sance nou­velle et sur­pre­nante de notre terre et de notre pays.

Une goé­lette usée par le temps. Photo : Pierre Lahoud

Mariant patri­moine, his­toire et pho­to­gra­phie aérienne, le confé­ren­cier s’est fait com­plice des com­mu­nau­tés locales pour nous pro­me­ner de villes en vil­lages à la décou­verte de pay­sages somp­tueux et d’un patri­moine bâti et natu­rel excep­tion­nel. Une splen­deur bru­ta­le­ment souf­flée par­fois à nos portes par la des­truc­tion bête d’un legs immé­mo­rial. Les pho­tos ne mentent pas et leur témoi­gnage est trop sou­vent impla­cable, nous rap­pe­lant que la beau­té est pré­caire et que toute chose est mor­telle. Pour le confé­ren­cier qui en a fait un man­tra per­son­nel, le devoir de mémoire s’impose à tous pour prendre la mesure de cette fra­gi­li­té pour­tant essen­tielle à la diver­si­té cultu­relle de l’humanité.

Le mes­sage de Pierre Lahoud s’est fait entendre sur plu­sieurs tri­bunes qui lui ont valu une recon­nais­sance natio­nale. Ses nom­breuse publi­ca­tions, près d’une tren­taine de livres déjà, et dis­tinc­tions, une dizaine de prix au Québec, au Canada et aux États-Unis, en font un confé­ren­cier très appré­cié et recher­ché par le public.  Ce fut un hon­neur de l’accueillir pour lan­cer avec suc­cès le cycle des Récits du patrimoine. 

En savoir plus sur Pierre Lahoud ->

En savoir plus sur l’Institut du patri­moine cultu­rel de l’Université Laval ->

René Bouchard

À la une : Publications de Pierre Lahoud. Photo : Pierre Lahoud. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.