Retour sur le lancement du 18e volume de Rabaska

Partager:
Revue Rabaska, vol. 18, 2020, Couverture

Pour la pre­mière fois depuis sa fon­da­tion, le lan­ce­ment de la revue Rabaska a eu lieu vir­tuel­le­ment le 14 novembre der­nier, pan­dé­mie oblige. « À quelque chose mal­heur est bon », dit le pro­verbe. Ce fut le cas, puisque la tenue en ligne de l’événement a per­mis à un large éven­tail de par­ti­ci­pants, pro­ve­nant du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, du Manitoba, du New Hampshire, de la Louisiane, de la Belgique et de la France, de se joindre à la rencontre.

Animé par Jean-François Blanchette, pré­sident de la Société qué­bé­coise d’eth­no­lo­gie, le lan­ce­ment du 18e volume s’est dérou­lé dans une ambiance cha­leu­reuse, mal­gré la dis­tance. Jean-Pierre Pichette, édi­teur de la revue, a pré­sen­té les membres de l’équipe de rédac­tion et dres­sé un sur­vol du conte­nu de cette nou­velle publi­ca­tion. La sculp­ture sur bois, la pêche spor­tive, la tra­di­tion chan­tée et dan­sée en Nouvelle-Acadie ne sont que quelques-uns des sujets abor­dés dans cette 18e édi­tion de la revue, la plus volu­mi­neuse à ce jour avec ses 454 pages.

 

Portrait du patrimoine – Barry Jean Ancelet

Portraits de Barry Jean Ancelet et de Nathan Rabalais
Photo Barry Jean Ancelet : Philip Gould, 2009

Il est de cou­tume d’inclure dans chaque volume de la revue le por­trait d’une per­sonne signi­fi­ca­tive dans le domaine du patri­moine eth­no­lo­gique fran­co­phone en Amérique du Nord. Dans cette édi­tion, Nathan Rabalais pré­sente le por­trait de Barry Jean Ancelet, un cher­cheur infa­ti­gable qui a joué un rôle déter­mi­nant dans la revi­ta­li­sa­tion et la valo­ri­sa­tion de la musique et de la tra­di­tion orale de la Louisiane fran­co­phone. Lors du lan­ce­ment, Nathan Rabalais a sou­li­gné tout le défi de résu­mer une car­rière aussi riche. De son côté, Barry Jean Ancelet a tenu à rap­pe­ler un élé­ment phare qui l’a guidé dans sa car­rière : lais­ser des connais­sances dis­po­nibles pour ceux qui vou­dront les consi­dé­rer et créer l’avenir.

 

Ouvrages publiés durant la dernière année

Quelques par­ti­ci­pants au lan­ce­ment ont aussi pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour pré­sen­ter leurs publi­ca­tions récentes :
• Yves Bergeron, Musées et patri­moine au Québec ;
• Daniela Moisa, La Maison de la réus­site : dyna­miques spa­tiales et mobi­li­tés socioé­co­no­miques au vil­lage de Certeze, Roumanie ;
• Jean-Pierre Pichette, Germain Lemieux sur le billo­chet. Confessions d’un pas­seur de mémoire ;
et
• Laurier Turgeon, Une his­toire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au XVIe siècle.

 

Au sujet de la revue

Rabaska est la seule revue consa­crée entiè­re­ment et spé­ci­fi­que­ment à l’ethnologie fran­co­phone en Amérique du Nord. Plus de 10 000 visi­teurs de 120 pays la consultent chaque année dans sa ver­sion numé­rique. Elle rejoint aussi près de 160 ins­ti­tu­tions uni­ver­si­taires à tra­vers le monde.

Depuis peu et grâce aux efforts de son comi­té de direc­tion, la revue béné­fi­cie d’un finan­ce­ment trien­nal pro­ve­nant du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Pour vous pro­cu­rer votre exem­plaire de la revue, venez faire un tour dans la bou­tique en ligne de la Société qué­bé­coise d’ethnologie.

 

Image à la une : Page cou­ver­ture du 18e volume de la revue Rabaska

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.