La construction artisanale des ponts de glace

Partager:

Ce conden­sé est tiré de l’article de Judith Douville publié ini­tia­le­ment dans la revue Rabaska, volume 17, 2019, p. 85 – 99.

Les lacs, les rivières et le fleuve Saint-Laurent font par­tie de l’histoire du Québec et ont contri­bué au déve­lop­pe­ment du ter­ri­toire sur les plans éco­no­mique et social. Pendant la période hiver­nale, ceux-ci deve­naient un moyen de pas­sage natu­rel et revê­taient une grande impor­tance pour les villes sépa­rées les unes des autres par des cours d’eau.

Autrefois, les ponts de glace bien orga­ni­sés contri­buaient gran­de­ment à la vie des habi­tants. Jacques Cartier fait une pre­mière des­crip­tion des glaces dans le récit de son second voyage en les décri­vant avec une épais­seur telle qu’elles rete­naient leurs navires cap­tifs de novembre à avril.  Les jésuites Charlevoix et LeJeune ainsi que Marie de l’Incarnation (1599−1672) parlent du fleuve Saint-Laurent comme un che­min natu­rel qui pou­vait être uti­li­sé l’hi­ver pour tra­ver­ser. Les ponts de glace sont rapi­de­ment deve­nus très popu­laires, ins­pi­rant les mar­chands qui, non seule­ment fai­saient affaire avec les voya­geurs qui emprun­taient fré­quem­ment ces routes, mais aussi avec les mar­cheurs et les sportifs.

Des artistes du 19e siècle ont repré­sen­té sur toile des ponts de glace comme ceux entre Hochelaga et Longueuil, Québec et Lévis. Ces ponts ont été immor­ta­li­sés par des pho­to­graphes comme William Notman, notam­ment ses pho­tos du fameux train entre Longueuil et Hochelaga, et par des sté­réo­grammes de Louis-Prudent Vallée mon­trant des gens y pra­ti­quant des sports comme la marche. Il est éga­le­ment cou­rant de trou­ver des peintres pas­sion­nés qui ont capté la beau­té de ces routes éphémères.

Les jours de congé, les ponts de glace sont pris d’assaut par les pro­me­neurs. Lac Témiscouata, 23 février 2019. Photo : Judith Douville

Les tra­verses et les ponts de glace ont tou­jours été d’une impor­tance pri­mor­diale pour les popu­la­tions sépa­rées par des cours d’eau, comme c’est le cas de Saint-Juste et autres muni­ci­pa­li­tés qui sont sépa­rées par le lac Témiscouata de Notre-Dame-du-Lac où les ser­vices essen­tiels ont été éta­blis. En effet, le pont de glace sur ce lac per­met aux habi­tants de la rive est de sau­ver 40 kilo­mètres pour se rendre à Notre-Dame-du-Lac, situé sur la rive ouest, pour y faire du com­merce ou pour se rendre à l’hôpital. Aujourd’hui, les muni­ci­pa­li­tés qui ont un pont de glace accordent une grande impor­tance à la tra­di­tion hiver­nale et gardent pré­cieu­se­ment sa voca­tion sociale, étant un lieu de ren­contres et de fes­ti­vi­tés comme la tra­di­tion­nelle course de lits sur patins et la tra­ver­sée aux flam­beaux qui attirent plus de 500 per­sonnes sur le pont de glace pen­dant une fin de semaine à cet endroit.

René Chagnon, res­pon­sable du pont de glace de Saint-Antoine-sur-le-Richelieu pen­dant 14 ans, le 26 jan­vier 2013. Coll. PlanImage Archives et Design

L’un des plus grands défis concer­nant la pré­ser­va­tion de ces ponts et tra­ver­sées natu­rels est le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. En effet, bon nombre de ces ponts de glace n’ont pas pu être uti­li­sés à cer­tains moments depuis le début du 21e siècle, ce qui est très pré­oc­cu­pant puisque la dis­pa­ri­tion totale de ceux-ci entraî­ne­ra la perte des savoirs et savoir-faire — tra­di­tions issues de cen­taines d’années au Canada — et en consé­quence la perte d’avantages sociaux et éco­no­miques des com­mu­nau­tés concernées.

On peut lire l’article ori­gi­nal de Judith Douville ici.

On peut se pro­cu­rer un exem­plaire de la revue Rabaska ici.

 

Crédits
Rédaction : Liz Pamela Fajardo
Révision : Louise Décarie
Mise en page : Marie-Ève Lord

 

Image à la une : Pont de glace sur le Saint-Laurent et vue sur la Citadelle  (vue partielle).
Gravure d’après un des­sin de J. Archer. Tiré du jour­nal Illustrated Times, vol. 8, no 204, same­di 26 février 1859, p. 129. Coll. Ginette Garon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.