Jean-Pierre Pichette reçoit les Palmes académiques

Partager:
Jean-Pierre Pichette reçoit l'Ordre des palmes académiques

Jean-Pierre Pichette est décoré de l’Ordre des Palmes académiques par le gou­verne­ment français. La médaille de l’Ordre lui a été remise par le Con­sul général de France à Québec, mon­sieur Frédéric Sanchez, le 27 avril 2022. Octroyée par la République française en jan­vi­er 2017, autorisée par le gou­verne­ment du Cana­da l’été suiv­ant, la remise de cette dis­tinc­tion était prévue le 23 avril 2020, mais la pandémie l’a reportée deux ans plus tard.

Jean Simard, Jean-Pierre Pichette et Frédéric Sanchez lors de la remise de la médaille. Pho­to : Mari­ette Tessier

Cette dis­tinc­tion a été décernée à Jean-Pierre Pichette en rai­son de ses con­tri­bu­tions nom­breuses à la pro­mo­tion de la langue française, notam­ment par ses études depuis un demi-siè­cle sur les tra­di­tions orales, notam­ment les jurons fran­co-cana­di­ens, le con­te et la chan­son pop­u­laires, et le proces­sus des trans­ferts cul­turels. Menés en rela­tion directe avec leurs par­al­lèles de la fran­coph­o­nie européenne et dans un souci de col­lab­o­ra­tion inter­na­tionale, ses travaux ont fédéré des dizaines de chercheurs européens et nord-améri­cains, regroupés autour du Cen­tre de recherche bre­tonne et cel­tique de l’Université de Bre­tagne occi­den­tale et soutenus par la chaire de recherche Cofram de l’Université Sainte-Anne et la Société québé­coise d’ethnologie. Une trentaine d’événements, con­grès, ren­con­tres et journées d’études, ont régulière­ment réu­ni ces équipes à Sud­bury, à Québec, à Brest, à Poitiers, à Paris, à Liège aus­si et jusqu’à Pointe-de‑l’Église en Nou­velle-Écosse ; en témoignent les actes d’une demi-douzaine de grands col­lo­ques inter­na­tionaux, dont qua­tre ont eu lieu à l’Université Sainte-Anne même, entre 2006 et 2011, durant son man­dat de tit­u­laire de la Cofram, une chaire de recherche du Canada.

Rap­pelons que les Palmes académiques ont été insti­tuées sous cette dénom­i­na­tion par Napoléon 1er en 1808. Il voulait hon­or­er à cette époque les mem­bres de l’Université. « Les modal­ités de leur attri­bu­tion ont été éten­dues en 1866 à des per­son­nes non enseignantes ayant ren­du des ser­vices émi­nents à l’éducation ; elles devi­en­nent une déco­ra­tion. Le décret du 4 octo­bre 1955, signé par le Prési­dent de la République, René Coty, a insti­tué l’Ordre des Palmes académiques com­por­tant les grades de cheva­lier, d’officier et de com­man­deur. Les Palmes académiques peu­vent être accordées aux étrangers et aux Français rési­dant à l’étranger qui con­tribuent active­ment à l’expansion de la cul­ture française dans le monde.(1) »

L’Ordre des palmes académiques est présen­té sur le site de l’Association des mem­bres de l’Ordre des Palmes Académiques (AMOPA)

On lira avec intérêt le texte de Jean-Pierre Pichette lors de la récep­tion de la médaille ici.

 

(1) Asso­ci­a­tion des mem­bres des Palmes Académiques (AMOPA)
https://amopa.asso.fr/lordre-des-palmes-academiques/

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.