Hommage à Françoise Dubé

Partager:

26 avril 2016 |

Hommage à l’ethnologue Françoise Dubé (1950-1992)

C’est un très bel hommage que Bernard Genest a rendu à son ancienne collègue de travail, l’ethnologue Françoise Dubé, dont les enquêtes ont inspiré le film « L’amour a des ailes ». Celui-ci a été présenté lors de la dernière ciné-rencontre de la Société québécoise d’ethnologie, le 12 avril dernier, en présence de la vedette du film Thomas Fecteau, pilote de brousse, des membres de sa famille et du réalisateur du film, Denis Boivin.

Voici quelques extraits du témoignage de Bernard Genest:

Françoise Dubé en entrevue avec Thomas Fecteau, vedette du film « L’amour a des ailes » (Photo Louise Leblanc)

« Je connaissais bien Françoise, car nous formions équipe au Service des inventaires du ministère des Affaires culturelles dans les années 1974 à 1978. En 1974, le directeur du Service des inventaires m’avait proposé de m’adjoindre un collaborateur ou une collaboratrice. Pierre Lahoud, un collègue historien, m’avait suggéré Françoise qui rentrait d’un stage en Afrique (avec l’Office franco-québécois pour la jeunesse, je crois). Outre le fait que Françoise était évidemment qualifiée pour le poste, je pense que ce qui m’avait le plus impressionné au moment de l’entrevue, c’est cette expérience africaine que je trouvais hors des sentiers battus. À l’époque, un peu comme les pionniers de l’aviation dont il est question dans le film, le métier d’ethnologue, au sein de l’équipe de l’Inventaire, nous amenait parfois à voyager dans des conditions, sinon périlleuses, tout au moins difficiles.

Une de ses premières missions fut d’effectuer des enquêtes orales sur l’île d’Anticosti auprès de personnes qui avaient connu l’âge d’or de l’île, c’est-à-dire l’époque des Menier (Henri puis Gaston). Françoise passa plusieurs semaines consécutives sur l’île à rencontrer et enregistrer des témoins de cette époque. Ceux qui l’ont connue savent avec quelle facilité et quelle spontanéité, avec quelle chaleur, elle pouvait entrer en contact avec les gens. Elle aimait les gens et avait beaucoup de plaisir à établir un dialogue avec eux. Elle savait d’instinct comment établir un climat de confiance et amener ses informateurs à se raconter. C’est une vertu essentielle à l’exercice du métier d’ethnologue comme on le sait, l’enquête orale étant en quelque sorte son laboratoire.

Les années 1975-1979, au Ministère, sont celles de l’inventaire des artisans traditionnels de l’Est du Québec. Françoise a participé à ce projet. Nous formions équipe pour dénicher et documenter des artisans des métiers du fer, du bois, de la pierre et du cuir, partout dans l’Est du Québec (dans Charlevoix, sur la Côte Nord, dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et ailleurs). Dans la foulée de ces travaux, Françoise et moi avons réalisé des études, comme celle sur la chalouperie Godbout de Saint-Laurent, île d’Orléans (Chalouperie Godbout (1976) ou celle sur Arthur Tremblay, forgeron de village (1978).

Après avoir quitté le Ministère, Françoise a travaillé une dizaine d’années à forfait pour différents organismes (dont le Ministère, Parcs Canada, des municipalités, des sociétés d’histoire et la Fondation Rues Principales). En 1990, elle avait reçu le mandat de la Société historique Nouvelle-Beauce d’effectuer des enquêtes orales auprès de pionniers de l’aviation civile au Québec. Malheureusement, elle est décédée avant de pouvoir véritablement tirer profit de sa recherche en la diffusant sous une forme ou sous une autre. C’est Nicole Dorion, une ethnologue d’expérience qui a pris la relève et qui a poursuivi le travail de Françoise.

Françoise Dubé est décédée dans un accident de la route le 27 février 1992 en pleine activité professionnelle, alors qu’elle se rendait à un rendez-vous à Trois-Rivières. On pourra lire le texte complet de l’hommage de Bernard Genest en cliquant ici. Noter que le film « L’amour a des ailes » est un documentaire de 78 minutes sur l’aviation de brousse au Québec. Il a été réalisé par Denis Boivin. Produit par Dionysos inc. en 2015, il est distribué par Netima.

 

Image à la Une : De gauche à droite: M. Fecteau, fils, lui-même commandant de bord, Thomas Fecteau, pilote de brousse, vedette du film, sa fille, Denis Boivin, le réalisateur, Lise Cyr, l’animatrice et Bernard Genest.

Françoise Dubé en entrevue avec Thomas Fecteau, vedette du film «L’amour a des ailes ». Photo Louise Leblanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *