La fabrication et la pratique (jeu) de l’accordéon diatonique reconnues au patrimoine immatériel du Québec

Partager:

La députée de Côte-du-Sud, Mme Marie-Ève Proulx, a annoncé à la mairie de Montmagny, le vendredi 3 septembre 2021 en après-midi, au nom de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, la désignation de la fabrication ainsi que de la pratique musicale (jeu) de l’accordéon diatonique en tant qu’éléments du patrimoine immatériel du Québec, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. L’annonce a été faite à l’occasion du début du 32e Carrefour mondial de l’accordéon. Elle arrive cinq ans après le dépôt du dossier au ministère de la Culture et des Communications à la grande joie de tous les intervenant-e-s.

Soulignons que la Ville et la région de Montmagny sont des hauts lieux québécois de ces pratiques traditionnelles, depuis quelque 200 ans. D’ailleurs, dès 2016, Montmagny avait désigné ces pratiques comme faisant partie de son patrimoine immatériel. Cette ville avait également été la première au Québec à faire inventorier et documenter les éléments significatifs de son patrimoine immatériel soit : la pratique du canot à glace, la pêche à l’esturgeon, la chasse à la sauvagine et, bien entendu, la pratique musicale et la fabrication de l’accordéon diatonique.

Comme dans le cas de l’inventaire magnymontois du patrimoine immatériel, c’est principalement grâce au travail de deux membres du conseil d’administration de la Société québécoise d’ethnologie (SQE) que la reconnaissance de la fabrication et de la pratique musicale de l’accordéon diatonique a pu se réaliser. L’ethnologue Richard Lavoie a initié la démarche et la demande de subvention, en collaboration avec Patrick Morency, coordonnateur à la culture pour la Ville de Montmagny. Puis, l’ethnologue Suzanne Marchand a réalisé l’étude et déposé le rapport qui a servi à la demande de reconnaissance auprès du ministère de la Culture et des Communications. Cela s’est fait en étroite collaboration avec les intervenants du Carrefour mondial de l’accordéon.

C’est avec une vive émotion que Raynald Ouellet, directeur artistique du Carrefour mondial de l’accordéon, a remercié la SQE, en particulier Suzanne Marchand, pour l’excellent travail et la collaboration qui ont mené à l’honneur de cette désignation au patrimoine immatériel du Québec. Photo : Richard Lavoie

« C’est un exemple parfait de collaboration entre les scientifiques et les praticiens du milieu », n’a pas manqué de souligner, ému, M. Raynald Ouellet, grand maître de cette tradition et directeur artistique du Carrefour mondial de l’accordéon depuis les débuts du Carrefour, dont il est aussi l’un des fondateurs. M. Ouellet prend cette année sa retraite, mais il continuera toutefois à faire la transmission de l’art de l’accordéon diatonique, puisqu’il demeure enseignant à l’École internationale de musique de Montmagny, qu’il a également fondée en 2009.

Le Société québécoise d’ethnologie, ainsi que le Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny, espèrent que cette reconnaissance officielle du gouvernement du Québec permettra non seulement de préserver ce précieux héritage, mais aussi de le mettre en valeur, favorisant ainsi la perpétuation de traditions enracinées depuis longtemps dans le paysage culturel québécois.

Tout comme son partenaire, la SQE espère également que cela permettra de mieux faire connaître au public les œuvres des grands noms de la musique traditionnelle québécoise, les musiciens qui la font vivre, ainsi que les excellents facteurs d’accordéons diatoniques et les instruments qu’ils produisent, dont la renommée va bien au-delà de nos frontières, en particulier en Europe et aux États-Unis.

Rappelons que c’est aussi grâce à la Société québécoise d’ethnologie que la pratique du canot à glace sur le fleuve Saint-Laurent a été désignée au titre de patrimoine immatériel du Québec, en février 2014. L’expertise de la SQE n’est donc plus à faire dans ce domaine.

Crédits
Rédaction : Richard Lavoie et Suzanne Marchand
Révision : Louise Décarie
Mise en page : Marie-Ève Lord

 

Liens d’intérêt
Quatre fabricants d’accordéons reconnus porteurs de traditions, Société québécoise d’ethnologie

Montmagny désigne l’accordéon diatonique au titre de patrimoine immatériel, Article paru dans le journal L’Oie blanche

Pratique de l’accordéon diatonique à Montmagny, Répertoire du patrimoine culturel du Québec

Image à la une : De gauche à droite, le directeur artistique du Carrefour Raynald Ouellet, Suzanne Marchand, ethnologue, le maire de Montmagny Bernard Boulet, Christiane Bouillé, présidente du Carrefour et la député provinciale de Côte-du-Sud, Marie-Ève Proulx.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.